Investir à Monaco

Monaco se hisse au premier rang mondial de l’immobilier de luxe. Cela est étroitement lié à son régime fiscal captivant, mais aussi à son économie hétérogène et prospère, et à la rareté des biens immobilier.

La fiscalité monégasque

Les règles fiscales appliquées à Monaco sont particulièrement avantageuses et d’une extrême simplicité. En immobilier, il n’y a pas d’impôts sur le revenu des biens locatifs. Le capital immobilier n’est pas taxé et en cas de revente, les plus-values qui en résultent sont également exonérées d’impôts. En France, le propriétaire qui veut se séparer de sa résidence secondaire doit le posséder depuis au moins 22 ans pour pouvoir bénéficier d’un tel avantage.

En cas de décès du propriétaire, il n’y a pas de frais de succession entre les lignées directes (conjointe et enfants). Entre frères et sœurs, le taux n’est que de huit pour cent. Les droits de succession sont de 16 % entre les personnes qui n’ont aucun lien de parenté. Cette loi successorale est mise en application pour tous les  biens situés à Monaco, quel que soit la nationalité, le domicile ou la résidence du propriétaire.

Le prix de l’immobilier à Monaco

L’exigüité du territoire monégasque entraine inévitablement la rareté des biens immobiliers. La Principauté de Monaco est un lieu de séjour très prisé, grâce à la richesse de son patrimoine architectural et son climat méditerranéen accueillant. Son lien étroit avec l’Europe, et en particulier avec la France, la rend très intéressante pour les secteurs des services et des industries à forte valeur ajoutée. Considéré comme un pôle économique, mais aussi une cité mondiale du sport et de la culture, le parc immobilier monégasque connait une très forte demande.

Le prix en immobilier est parmi le plus cher du monde. Selon une étude comparative, les prix des logements de luxe de la Principauté de Monaco dépassent ceux de Hong-Kong. Le mètre carré se vend à 41.400 € soit trois fois plus qu’il y a 10 ans. À titre de comparaison, Hong-Kong affiche un prix de 39 100 € tandis qu’à Paris, pourtant réputée chère, le prix au premier trimestre 2017 est de 11 900 €. Pour les richissimes, la ville de Monaco allie affaires et loisirs et avec une fiscalité plus qu’attirante, la demande s’intensifie faisant grimper les prix.

Quid du lendemain ?

Étant donné que la superficie de  la Principauté de Monaco n’est que de deux kilomètres carré, un gigantesque projet de remblayage de la baie du Portier est entrepris. Bouygues construction est le partenaire de ce projet d’extension en mer d’une superficie de six hectares. De nouveaux logements de luxe (60 000 m² de surface) verront le jour en 2025, mais il est également prévu de construire des équipements publics, une promenade littorale, un parc végétalisé…  Ce vaste programme s’évertue à conserver autant que possible la biodiversité du milieu aquatique.

En fait, un tel chantier a déjà été accompli maintes fois à Monaco. Pas moins de 40 hectares ont été conquis sur le grand bleu depuis des années, pour compenser le manque d’espaces constructibles. C’est une perspective qui réjouit les acteurs immobiliers du monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.